menu_Fichier 1 pas_Fichier 1 pas2_Fichier 2 pas2_Fichier 3 pas2_Fichier 4 pas2_Fichier 5 arrow_Fichier 1 arrow_Fichier 2 Mail plot_Fichier 1 pen_Fichier 1 sign_Fichier 1 chiffres_Fichier 1 chiffres_Fichier 2 chiffres_Fichier 3 chiffres_Fichier 4 social_Fichier 1 social_Fichier 2 social_Fichier 3 social_Fichier 4 mediatheque_Fichier 1 mediatheque_Fichier 2 mediatheque_Fichier 3 mediatheque_Fichier 4 mediatheque_Fichier 5 mediatheque_Fichier 6 mediatheque_Fichier 8 mediatheque_Fichier 1 mediatheque_Fichier 2 cross
Header

TRAFICS 2018: basses eaux du Rhin

15/01/2019

Catherine Trautmann, Présidente du Port autonome de Strasbourg, en présence de la direction générale du PAS et de Robert Herrmann, Président
de l’Eurométropole de Strasbourg, a présenté ses vœux à l’ensemble du personnel du Groupe PAS ainsi qu’aux partenaires économiques et institutionnels présents à l’occasion d’une cérémonie spéciale.

Les vœux sont l’occasion de dresser le bilan de l’année écoulée et de présenter les perspectives d’avenir.

Plus faible tonnage depuis 50 ans en raison des basses eaux du Rhin

Le trafic fluvial global enregistre une baisse historique et s’établit
à 5,9 millions de tonnes soit une baisse de plus de 26 % par rapport à 2017.
Un important phénomène de basses eaux a pénalisé l’activité dès le milieu d’année 2018. Les bateaux ont été contraints à limiter considérablement leur chargement pendant plusieurs semaines, voire à ne pas circuler du tout
sur le Rhin. En conséquence, le PAS enregistre son plus faible tonnage depuis plus de 50 ans.

Catherine Trautmann a demandé que la question des basses eaux soit prise
à bras le corps et que l’ensemble des acteurs pertinents sur ce sujet,
qu’il s’agisse des administrations de l’Etat, de la CCNR ou des entreprises puissent se réunir: « Je souhaite que nous puissions objectiver le problème, sur le plan climatique ou économique afin que nous puissions le porter aux niveaux nationaux ou européen.

C’est un problème complexe qui nécessitera probablement la combinaison
de plusieurs solutions :

  • utilisation de nouvelles technologies pour améliorer la prévision,
  • modification de la forme des bateaux,
  • aménagement d’infrastructures,

Mais nous devons faire en sorte que le Rhin puisse conserver son rôle de poumon économique européen. Un seul chiffre en illustration :
les instituts allemands estiment que 0.5% du PIB du pays ont été perdus du fait des basses eaux
. »

Côté passagers, l’année 2018 enregistre un nombre record de croisières rhénanes faisant escale au port de Strasbourg :
+ 19 % pour atteindre 222 000 passagers. Ce développement s’explique par les nouveaux aménagements créés par le PAS rue de la Minoterie permettant d’accueillir des bateaux de croisières de 135 mètres.

Rhine Europe Terminals

Rhine Europe Terminals a vu son activité fortement dégradée en raison du bas débit du Rhin avec un trafic conteneurs de 360 309 EVP* tous modes de transport confondus, soit une baisse de 14,4 % par rapport à l’année antérieure. Le nombre de conteneurs traités par la voie fluviale se traduit par une baisse de 38,1 % par rapport à l’année dernière, soit 65 978 EVP.

 

L’intermodalité a permis de reporter une partie du trafic fluvial vers le ferroviaire. En 2018, 1,3 million de tonnes ont transité sur le réseau ferré portuaire
dont la moitié en vrac (céréales, produits pétrolier, BTP) et l’autre en marchandises conteneurisées, soit 67 740 EVP. Malgré plusieurs mois
de grève sur le réseau ferré national, le trafic ferroviaire conteneurisé enregistre une hausse de 18,9% par rapport à l’année antérieure.

2018 marquera donc la première année où les contraintes climatiques ont occasionné davantage de manutentions ferroviaires que fluviales.

 

*EVP : L’équivalent vingt pieds, ou EVP (en anglais, twenty-foot equivalent unit : TEU) est une unité de mesure de conteneur.

Chiffres provisoires 2018.

Batorama

Batorama, filiale du PAS, malgré un mois de décembre endeuillé par un attentat à Strasbourg, finit l’année en légère hausse (+ 0.6 %) avec + 3 600 passagers
à 776 500 passagers. La filiale enregistre ainsi sa 4e meilleure année. Batorama reste la 1re attraction culturelle payante du Grand Est.

 

L’entreprise a également poursuivi la diversification de ses activités : l’événementiel a été relancé et l’activité des audiophones, en lien avec la Cathédrale
de Strasbourg, a trouvé son public.

Attractivité de l’espace portuaire

À Strasbourg, les inaugurations de RHENUS LOGISTICS et BMW, la reprise de certains sites comme DACSA ou ALDES et le concours de maîtrise d’œuvre
pour la construction du nouveau siège de SOPREMA, sont autant de signes du dynamisme de l’espace portuaire strasbourgeois.

 

Le PAS s’emploie à conforter cette attractivité à travers différentes démarches, notamment :

  • CLES (Coopérations Locales et Environnementales en Synergies) : au port la démarche d’écologie industrielle a fait ses preuves. Aujourd’hui 26 entreprises, représentant plus de 3 300 salariés, coopèrent dans le but de renforcer la compétitivité, réduire l’impact environnemental du territoire
    et favoriser l’ancrage local. Depuis 2013, les synergies ont généré en moyenne 220 000 € d’économies par an aux entreprises participantes et ont permis d’éviter 3 500 t d’eqCO2 par an.
  • PEPS (Plan de déplacements des Entreprises du Port de Strasbourg) : démarche d’amélioration du transport quotidien des salariés de l’espace portuaire à travers une communauté de référents au sein des entreprises pour porter les besoins en matière de service ou infrastructure de transport.

Ces démarches exemplaires au niveau national et au niveau européen sont de véritables atouts différenciants pour le Port autonome de Strasbourg.

Son attractivité passe aussi par de nouveaux investissements et la réalisation de nombreux travaux de maintenance (chaussée, espaces verts, bâtiments).
À titre d’illustration, en 2018, trois chantiers particulièrement significatifs ont bénéficié des investissements constants du PAS sur son territoire strasbourgeois :

réfection du pont tournant ferroviaire quai Jacoutot, cet ouvrage remarquable de 1925 a été restauré (structure, voie ferrée) pour un budget
de 850 000 €,

réaménagement de la rue du Port du Rhin, cet axe majeur de l’espace central du port a été totalement repensé comme une interface entre le port
et la ville : éclairage, pistes cyclables, cheminements piétons sécurisés, etc.
Ce chantier d’envergure, qui précède la réalisation du nouveau siège de l’entreprise, représente un investissement de 4 millions d’euros pour le PAS.

Création d’une piste cyclable entre la rue Ampère et, à terme, le rond-point rue de la Rochelle. Ce tronçon de 2,3 km représente un budget de 690 000 €
en 2018. Les travaux, co-financés par l’Eurométropole de Strasbourg et le PAS, se poursuivent en 2019 pour étendre le réseau cyclable du port.

 

 

À Lauterbourg, l’année 2018 marque la fin des travaux d’aménagement
du 3e terminal multimodal du PAS : R3FLEX.

Si le phénomène de basses eaux a perturbé le démarrage de l’activité,
la demande est bien présente concernant la manutention et la logistique
sur la plateforme et sur les aspects domaniaux.

Enfin, l’appel à concession pour la poursuite de l’exploitation du terminal
a été lancé en décembre 2018, jusqu’au 10 avril 2019. En 2019, cette plateforme sera donc au cœur de nouveaux développements.

Découvrir l’appel à concession