menu_Fichier 1 pas_Fichier 1 pas2_Fichier 2 pas2_Fichier 3 pas2_Fichier 4 pas2_Fichier 5 arrow_Fichier 1 arrow_Fichier 2 Mail plot_Fichier 1 pen_Fichier 1 sign_Fichier 1 chiffres_Fichier 1 chiffres_Fichier 2 chiffres_Fichier 3 chiffres_Fichier 4 social_Fichier 1 social_Fichier 2 social_Fichier 5 social_Fichier 3 social_Fichier 4 mediatheque_Fichier 1 mediatheque_Fichier 2 mediatheque_Fichier 3 mediatheque_Fichier 4 mediatheque_Fichier 5 mediatheque_Fichier 6 mediatheque_Fichier 8 mediatheque_Fichier 1 mediatheque_Fichier 2 cross
Header

Bilan 2023 et perspectives 2024 du PAS

25/01/2024

L’année 2023, inscrite dans un contexte économique et géopolitique incertain, marque une relance des investissements du port et une accélération des transitions énergétiques du secteur industrialo-portuaire. L’année 2024 verra l’approbation du nouveau projet stratégique, qui ouvrira un nouveau chapitre de l’histoire des ports de Strasbourg.

2023 : une année d’investissement et d’accélération des transitions

L’année 2023 aura été avant tout une année de relance du programme d’investissement pour le port de Strasbourg. Les réalisations 2023 représentent quasiment le double du programme 2022, matérialisant l’ambition du port de Strasbourg de préparer activement son développement et les transitions de son activité. Le programme 2023 a permis notamment d’accélérer les travaux de régénération et de modernisation du patrimoine portuaire accompagnée de l’évolution de ses outils métiers informatiques, et en premier lieu du réseau ferroviaire dans une perspective de développement de l’offre multimodale portuaire ; des investissements importants ont été engagés au bénéfice de l’outillage des terminaux (portiques et reach-stackers), pour proposer une offre toujours plus performante aux clients du port ; dans une logique d’intégration du port à son territoire et à son réseau de mobilités décarbonées, les travaux sur le réseau de pistes cyclables ont été poursuivis ; enfin, le projet phare du port, l’aménagement d’un hub multimodal sur le terminal à conteneurs Sud, est entré en phase opérationnelle avec la réalisation des premières études de maîtrise d’œuvre, et l’établissement d’un avant-projet. Ce programme a été rendu possible par des résultats économiques et financiers en croissance, en dépit d’un contexte économique demeurant incertain.

2023 aura également été l’année de l’engagement résolu du port dans les projets de décarbonation de son territoire. Le réseau de chaleur R-PAS, développé en partenariat avec le groupe R-GDS et la Banque des territoires, est dès aujourd’hui une réalité, consistant à approvisionner plusieurs quartiers de ville au moyen de la chaleur fatale issue des activités industrialo-portuaires. En 2023, le réseau R-PAS aura été développé sur 4 kilomètres supplémentaires pour un investissement de 8M€. En termes d’économies CO2, cela représente 15 000 TCO2/an économisées à ce stade, et 6 000 TCO2/an supplémentaires à terme.

2023 aura également été l’année de la labellisation ZIBAC (zone industrielle bas carbone) de la zone industrialo-portuaire de Strasbourg. La stratégie de décarbonation de la zone, portée conjointement par le port de Strasbourg, le Groupement des usagers des ports de Strasbourg (GUP) et la société
R-PAS a reçu la validation et le soutien financier de l’ADEME[1]. Le port de Strasbourg rejoint ainsi les zones industrielles les plus en pointe dans le processus de transition énergétique, telles que Dunkerque, le Havre et Fos-sur-Mer ; le projet ZIBAC se matérialisera par le déploiement d’un nombre important d’études et d’animation de la démarche visant à terme la mise en œuvre de leviers de décarbonation des activités industrialo-portuaires pour un montant estimé à environ 1,1 M€, durant cette 1e phase de maturation.

[1] L’ADEME (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), agence de la transition écologique, participe à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de la maîtrise de l’énergie, des déchets et plus globalement du climat et de la transition énergétique et écologique.

Une baisse très modérée du trafic fluvial dans un contexte économique incertain

La situation économique européenne et mondiale est restée incertaine en 2023, dans un contexte marqué par des crises géopolitiques fortes, une instabilité des prix des matières premières et un ralentissement des échanges commerciaux. Cette situation se traduit par des trafics en repli généralisé aussi bien dans les principaux ports maritimes que sur le réseau fluvial européen, et en particulier sur l’axe rhénan.

Le port de Strasbourg s’il n’échappe pas à ce contexte, affiche une baisse très modérée avec un transport massifié de marchandises (fer + fleuve) s’élevant à 7,15 millions de tonnes, représentant un repli de l’activité fluviale de 3%. Le trafic ferroviaire s’élève à 966 000 tonnes transportées sur les rails du PAS au titre de l’année 2023, soit un retrait de 20 % par rapport à l’année 2022 ; ce recul qui s’explique par plusieurs facteurs que sont les grèves du premier trimestre 2023 sur le réseau ferré national, une baisse généralisée de la consommation et une hausse du coût de l’énergie. Les ports de Strasbourg auront néanmoins maintenu leur cadence de navettes ferroviaires à un niveau élevé, avec 17 par semaine à destination de Anvers, Rotterdam et Gevrey/Fos.

Concernant l’activité croisières, le trafic passagers affiche une progression spectaculaire de 70 % avec 306 471 passagers rhénans au titre de 2023. Ces excellents chiffres récompensent les efforts du port en matière de tourisme fluvial, qui se poursuivront par un investissement de décarbonation des escales de croisière mais aussi d’amélioration des conditions d’accueil des touristes.

Rhine Europe Terminals – Lauterbourg Rhine Terminal

Les trafics multimodaux des 3 terminaux conteneurs des ports de Strasbourg s’élèvent à 342 414 EVP*, soit un recul de 14,3 % par rapport à 2022. Ici aussi le ralentissement des imports exports du commerce mondial explique ces résultats à la baisse. La conjoncture difficile est en effet observée sur l’ensemble des ports européens. Nonobstant de ces éléments conjoncturels, les terminaux strasbourgeois ont poursuivi leur dynamique de développement des flux multimodaux à l’instar des 605 trains traités au terminal nord de Strasbourg en 2023. Concernant l’activité colis lourd, 2023 enregistre la manutention de 160 colis pour un total de 54 540 tonnes, confirmant la dynamique de ce segment sur les terminaux de Strasbourg. Le ralentissement économique et un secteur fortement concurrentiel expliquent un repli de 12 %. Les perspectives 2024 laissent augurer une reprise de la dynamique de cette activité.

*EVP : L’équivalent vingt pieds, ou EVP (en anglais, twenty-foot equivalent unit : TEU) est une unité de mesure de conteneur

Batorama

La filiale du PAS, Batorama, première activité touristique de la région Grand Est avec un total de 740 348 passagers enregistre une année exceptionnelle avec une croissance de 13,9 % par rapport à 2022, malgré un mois de décembre contraint par les phénomènes de hautes eaux.

La Société Batorama investit plus de 3 M€ pour nouveau bateau 100 % électrique avec verrière escamotable et contenus numériques. Il est le premier de la future flotte décarbonée de bateaux promenade et est en cours de livraison.

Cet investissement est porté en totalité par Batorama avec une aide de VNF à hauteur de 150 k€ et de 95 k€ de l’ADEME dans le cadre du plan d’aides à la modernisation et à l’innovation de la flotte (PAMI).

Par ailleurs, des investissements conséquents sont réalisés sur les infrastructures de Batorama en lien avec le programme de renouvellement de sa flotte.

Un nouveau projet stratégique dans une gouvernance modernisée

Le conseil d’administration du port de Strasbourg a mandaté la directrice générale, lors de sa nomination à la tête du port de Strasbourg au printemps 2022, d’établir un nouveau projet stratégique pour l’établissement. Un travail de diagnostic et de concertation avec l’ensemble des acteurs de la place portuaire a été engagé et poursuivi au cours de l’année 2023 ; plusieurs problématiques ont fait l’objet d’une étude approfondie, particulièrement dans le contexte des transitions industrielles et énergétiques en cours.

Le diagnostic stratégique réalisé en 2022-2023 a mis en évidence les atouts dont dispose le port et les opportunités qu’il peut mettre à profit. Cette analyse a débouché sur une vision stratégique et une ambition, consistant à faire du port de Strasbourg « le grand port français du Rhin et le plus européen des ports français cultivant l’excellence et la coopération au service des territoire et de ceux qui les font vivre ». Le projet stratégique proprement dit se structure autour de 4 orientations stratégiques résumées de la manière suivante :

  • Un acteur incontournable des transitions,
  • Performant sur la multimodalité,
  • Investi dans le développement de son territoire,
  • Porté par l’excellence d’un collectif agile expert et engagé.

A ces orientations stratégiques est associé un plan d’actions, et surtout un ambitieux programme d’investissement soutenu par l’Etat, la Région et les collectivités territoriales dans le cadre du contrat de plan Etat région (CPER) en cours de finalisation pour un montant de 20 M€. Ce programme comprend lui-même plusieurs actions phares, parmi lesquelles l’aménagement d’un hub multimodal sur le terminal à conteneurs Sud de Strasbourg à hauteur de 70 M€, comprenant également le renforcement et la modernisation des infrastructures ferroviaires, avec une première phase de18 M€ financée pour partie et permettant d’engager les travaux, le développement de la plateforme industrialo-portuaire de Lauterbourg avec les travaux de terrassement à hauteur de 8M€ et les travaux d’extension du terminal multimodal à hauteur de 25 M€, ainsi que l’aménagement d’une gare fluviale bassin du commerce à Strasbourg à hauteur de 5 M€.

En ce début d’année 2024, s’ouvre la phase de concertation autour du projet stratégique avec l’ensemble des parties prenantes de l’activité portuaire, rassemblées dans un conseil consultatif de développement mis en place auprès du conseil d’administration. Cette nouvelle instance, présidé par Jean-Luc Heimburger, Président de la Chambre de commerce et d’industrie Alsace Eurométropole, comparable aux conseils de développement institués dans les grands ports maritimes, regroupe aussi bien les opérateurs industriels, logistiques et portuaires que les représentants des salariés portuaires, les collectivités territoriales, des représentants du monde universitaire et des acteurs associatifs. Elle aura pour première mission de rendre un avis au conseil d’administration sur toutes les questions touchant au développement du port, et en premier lieu sur le projet stratégique qui sera en dernier lieu approuvé par le conseil d’administration au printemps prochain.